Le marché de la photo numérique en crise

Les chiffres et les premières conclusions à tirer

crise apn

Les salons et les expositions se succèdent, CP+, Photokina, et Salon de la Photo, les annonces de nouveaux appareils se multiplient, et les rumeurs (lancées par les constructeurs eux-mêmes) de nouveaux boitiers à venir se confirment, mais rien n’y fait, les ventes au détail ne suivent plus. Le marché des appareils photo numériques est en récession. Petit tour d’horizon et surtout, analyse.

Le marché de la photo en chiffres

marche_apn_2009_2014

Lorsque l’on parle chiffres dans le secteur de la photo, on ne fait généralement que la distinction entre 2 segments des APN : Les appareils à objectifs interchangeables (Reflex et Hybride) et les appareils compacts. Le marché des appareils photo en globalité est en récession et cela depuis 2010 avec une baisse de 65,3% sur les quatre dernières années.
Les “spécialistes” aiment édulcorer un peu les chiffres en argumentant que ce sont les appareils compacts qui tirent les chiffres vers le bas. Pourtant, en isolant les chiffres concernant exclusivement les appareils photo reflex, ne sont pas reluisants non plus. La baisse ne s’est entamée que depuis 2012, mais elle est tout de même déjà 38,1% (et 63,3% pour les appareils compacts)

Quelles sont causes de cette crise ?

Les “analystes” et les “consultants” en tout genre rivalisent en séminaires et en conférences pour prêcher LA bonne parole et évoquer LEUR vérité. Toujours est-il, que rien n’y change. La baisse se poursuit. Une baisse qui ne sera pas sans conséquence sur les acteurs de ce marché.

Sans avoir la prétention d’un quelconque spécialiste, je me propose d’exposer des faits factuels et vérifiables, qui à mon sens font apparaître des évidences.

Le marché photo des compacts

Tout d’abord le marché des compacts. En superposant la courbe des productions des appareils compacts avec celle des smartphones, le constant est évident. Cette crise dans les ventes des appareils compacts est la corollaire direct de l’essor des smartphones.

smartphones

Et pour cause, les capacités photo des smartphones n’ont de cesse de s’améliorer et croissent à un rythme qui n’est pas sans rappeler les croissances insolentes des microprocesseurs. Cela n’est pas sans nous rappeler les différents fabricants de lecteurs MP3, qui se sont effacés au fur et à mesure des smartphones qui ont vampirisé leur fonction de lecteur de musique, y compris l’iPod qui s’efface de plus en plus face à l’iPhone. Rien de plus étonnant. Pour quelles raisons, le consommateur lambda devrait encore s’embêter avec un téléphone portable, un appareil photo compact et un lecteur MP3, alors qu’il peut se procurer un smartphone pour effectuer les 3 ? C’est donc bel et bien également la mort de l’appareil photo compact qui se dessine.

Voici pour le premier segment, mais qu’en est-il des appareils photo à objectifs interchangeables, qui ont aussi a entamé une récession depuis 2012 ?

Le marché photo des appareils reflex et hybride

A mon avis, les smartphones n’y sont pour rien. Car l’utilisation n’est pas du tout la même. Jadis au temps de l’argentique, il y avait bien des photographes avec des compacts type Kodak qui cohabitaient très bien avec les photographes en reflex argentiques, car l’utilisation et les besoins n’étaient pas du tout les mêmes. Idem pour un smartphone et un APN reflex ou hybride.

On serait tenter de faire porter le chapeau à la crise économique actuelle. Mais ce serait tirer des conclusions trop hâtives, les appareils argentiques en leur temps devaient également affronter d’autres crises, et cela n’avait pas empêcher le Nikon F4, par exemple, de connaitre le succès qu’on lui connait.

Cette analyse n’engage que moi, mais il me semble que depuis quelques années, se sont malheureusement des financiers et les snobinards du marketing qui dictent l’orientation des fabricants photo. Au lieu de rester à l’écoute des photographes et de l’évolution de leurs besoins, les fabricants, actuellement, se livrent à une course, à celui qui sort le plus d’appareils photo au plus vite, qui ne sont, en fait, que des boitiers redessinés avec de nouvelles fonctions, toutes les plus inutiles que les autres, le tout à grand renfort de Facebook, Twitter, Google+ & co. Or, force et de constater, que ce n’est pas en multipliant les modèles que l’on multiplient des ventes comme le prouve la ligne de produit de Canon et de Nikon par exemple:

Canon

Nikon

Ce n’est pourtant pas compliqué, il y a les appareils plein format (Capteur 24 x 36) et les formats réduits (APS-C) suivant un usage professionnel ou amateur. Je vous laisse juger par vous même où nous en sommes en 2015, sans parler de la vitesse de renouvellement qui s’accélère. Mais qui a réellement cru que l’on changerait aussi rapidement de boitier photo que de téléphone portable ?

Car le problème est là. Aucune innovation réelle en photographie à l’horizon depuis l’avènement du capteur numérique. Il a bien eu l’effort de Sony à tenter d’imposer une nouvelle technologie avec ses hybrides, mais les chiffres sont sans appel. Ce type de technologie ne répond pas (encore) aux attentes de la majorité des photographes et les ventes stagnent.

Ainsi, les constructeurs, à court d’idée et d’innovation, tentent de rattraper le coup en multipliant les produits, en perdant de vue, qu’ils ne font que rajouter plus d’interrogations auprès des consommateurs déjà suffisamment perdus.
Je viens de feuilleter le dernier catalogue 2015 du “Cirque” et on se rend compte, que l’on ne voit plus de différences entre un Canon 1200D, 100D et 700D autre que le prix passant du simple au double pour ne citer que Canon, mais la confusion est la même chez Nikon ou Pentax pour ne citer qu’eux. Je vous laisse vous faire une idée par vous même en parcourant ce tableau comparatif des boitiers photo. A mon sens, il faudrait recentrer les modèles entre eux, revenir à une classification plus simple, avec moins de modèles, et arrêter de prendre les consommateurs pour des vaches à lait.

Pour faire simple, je ne dirais qu’il n’y a pas de crise sur le marché des boitiers photo, mais une crise auprès des constructeurs, qui semblent réellement avoir perdu toute notion de direction technique future, et une déconnexion avec les utilisateurs et leurs vrais besoins. Il est dit que les consommateurs n’achètent que ce dont ils ont besoin, et de toute évidence, les consommateurs achètent moins et ne s’y retrouvent plus dans la jungle matériel au niveau de la photo. Ce n’est pas une opinion, mais un fait.